Un outils en Santé Humaniste© : le testing musculaire

L’origine du testing musculaire : la kinésiologie

Découvert par George GOODHEART (1918 – 2008), le test musculaire est l’outil de base de la kinésiologie.

Il démontre le lien entre l’émotion, le cerveau et les muscles. Il cherche à évaluer la réponse énergétique du muscle et non sa force.

Le changement d’énergie consécutif à un « stress » entraîne automatiquement une modification du tonus musculaire. Confronté à différents facteurs de stress (physique, organique, énergétique, émotionnel) un muscle « verrouillé », c’est-à-dire qui résiste quand on le sollicité, peut se « déverrouiller » et devenir faible lorsqu’on lui exerce une pression.

La réponse au testing musculaire est purement physiologique, elle échappe au contrôle de l’intellect, on ne peut donc induire de réponse.

Si le muscle « verrouille », la réponse à la question est « oui », s’il cède, la réponse est « non ».

C’est ce que l’on appelle un « système de feedback corporel ».

Son utilisation en Santé Humaniste©

Une porte d’entrée vers l’inconscient

Le test musculaire permet d’interroger la mémoire du corps, où sont stockées toutes les informations de notre vécu, qui conditionnent nos comportements et nous empêchent de bénéficier de tout notre potentiel. Il permet de mettre en évidence l’inconscient, de déterminer les traitements les plus appropriés, ainsi que de vérifier si les corrections ont été efficaces.

En Santé Humaniste, le testing musculaire est également utilisé pour faire prendre conscience aux personnes de schémas erronés, de croyances ou modes de fonctionnements limitants, d’acceptation de nouveaux schémas mis en place.

Son application en Santé Humaniste©

Les testing musculaire se pratique comme suit : le patient tend le bras devant lui. Le praticien demande à la personne de répéter à voix haute une affirmation bien précise (tirée de ce que l’individu a dit pendant la consultation). Ensuite le praticien exerce une pression sur le bras tendu de la personne. Celle-ci doit résister à cette pression. Si le bras tient, c’est que la phrase dite correspond au client, est juste pour lui. Si le bras lâche, c’est que l’affirmation dite à haute voix ne correspond pas à la personne. Ainsi, l’individu est en mesure de prendre conscience que certaines croyances qu’il pense justes et appropriées ne le sont plus pour lui. Un travail est ensuite fait avec le praticien pour installer de nouveaux modes de fonctionnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *